Harcèlement scolaire : le témoignage de Lola Dubini

Publié le par

Hello hello les Roses ! Vous avez vu la dernière vidéo de Lola Dubini ? En cette période de rentrée, elle a décidé de parler de harcèlement scolaire, en livrant un témoignage très personnel de son expérience à elle, au collège, au lycée et même aujourd’hui. Et il y a dans ses paroles inspirantes 3 choses à ne jamais oublier. Jamais, jamais  ♥ JAMAIS ♥. Parce que nous aussi on rêve d’un monde où « la normalité ce sera la différence » .

lola dubini harcèlement scolaire amour de soi licorne coachella

Instagram @loladubini

Que faire face au harcèlement scolaire ? La réponse de Lola Dubini

La vidéo de Lola arrive à point nommé en cette période de rentrée, où on rentre de vacances boosté*e*s par l’été et plein*e*s de résolutions et de force pour l’année à venir.

Si on ne peut que vous conseiller de la regarder, au risque d’en sortir submergé*e*s par une crise de love pour mam’zelle Lola, on a eu envie de souligner 3 points qui nous paraissent essentiels pour mieux se battre contre le harcèlement scolaire. 3 points à bien graver dans votre cœur pour ne jamais les oublier.

snapchat filtre lola dubini

Instagram @loladubini

1. Aller parler à un adulte

Lola parle très bien des raisons qui peuvent pousser quelqu’un qui est harcelé à ne pas en parler : envie de se débrouiller tout seul, impression que ce n’est pas si grave et que les attaques finissent par devenir une banale toile de fond du quotidien, peur des représailles…

Qu’on se le dise les Roses : toutes ces raisons sont de mauvaises raisons.

Il n’y a qu’en en parlant qu’on peut venir à bout du harcèlement scolaire : à un parent, un un CPE, à un prof, au directeur…

D’ailleurs Lola le dit elle-même : le résultat a été immédiat. Tellement, qu’elle a regretté de ne pas en avoir parlé plus tôt.

Quant aux représailles, le pouvoir de sanction des adultes sur les harceleurs était bien trop lourd de conséquences pour que les harceleurs puissent se permettre de faire les malins.

« Après ça, j’ai regardé les mecs dans les yeux, et je sentais que j’avais de la force, que j’avais du pouvoir, et que j’étais plus une merde face à eux »

2. Apprendre à s’aimer et faire des bisous à nos complexes

Comme une pomme maltraitée pourrit de l’intérieur en restant toute pimpante à l’extérieur, même si on fait semblant de n’être pas atteints par les méchants commentaires des autres, le harcèlement abîme profondément l’estime qu’on a de soi.

Il faut donc se chouchouter, s’autoriser à être différent et même s’aimer pour ça, en aimant nos petites particularités, nos bourrelets, nos vergetures, ce qui nous fait sortir de la norme, et en ne permettant pas aux autres de nous rabaisser.

En s’entourant des bonnes personnes, et en se méfiant des gens qui, sous leur air sympathique, nous renvoient constamment nos complexes dans la face.

Aller à la rencontre de qui on est, c’est aller à la rencontre de sa propre force intérieure. C’est ce qu’a découvert Lola avec la musique : « J’étais la seule maîtresse de ma vie. (…) Avant, j’étais toujours la maîtresse de ma vie mais je laissais beaucoup trop les autres influer là dedans »

3. Veiller les uns sur les autres en disant non au harcèlement

Comme l’explique très bien Lola, on n’est pas toujours conscients de la portée de nos actes et de nos paroles.

Et si on y regarde de près, on a probablement tous été harceleurs à un moment de notre vie sans nous en rendre compte, qu’il s’agisse de body shaming, de slut shaming ou autre.

Peut-être, alors, qu’on peut essayer d’être meilleur*e*s ?

D’abord, en faisant attention à ne pas tomber soi-même dans la moquerie malveillante.

Ensuite, en aidant ceux qui sont victimes de harcèlement scolaire et ne savent pas comment s’en sortir. Parce que le harcèlement tue : partout dans le monde, comme dans 13 Reasons Why, des collégiens et des lycéens se suicident parce qu’ils souffrent trop.

« Au même titre que j’ai pu subir le harcèlement scolaire, y’a un moment où je l’ai peut-être déclenché, aussi, pour d’autres. Au même titre que j’ai été victime, j’ai sûrement été coupable. (…) Si vous voyez qu’il y a quelqu’un qui est dans le besoin, j’espère vraiment que vous allez lui tendre la main. Et si vous l’aidez pas en allant faire le premier pas vers lui, aidez-le en allant voir le directeur à sa place. Parce que c’est comme ça que se réparent les âmes qui sont toutes pétées par tout ça »

Soyons attentives, les Roses. C’est à coup de vigilance, de courage et de bienveillance qu’on peut se battre contre le harcèlement scolaire.

On termine en s’accordant avec Lola sur la chose essentielle : « Vous êtes beaux » ! Et on vous embrasse hyper fort !