Notre coup de foudre pour le grand requin blanc

Publié le par

Hello les Roses ! Aujourd’hui on vous parle d’un animal bien mal considéré mais pour lequel on a eu, grâce au film Instinct de survie, un énorme coup de cœur. On parlerait même bien d’un coup de foudre et on vous explique pourquoi.

Le grand requin blanc : un mangeur d’homme ?

Un grand requin blanc mange

Miam miam le bon casse-dalle !

Bon on va pas vous mentir, le grand requin blanc n’est pas franchement végétalien… Oui, il possède une cinquantaine de dents tranchantes comme des lames de rasoir qui peuvent atteindre 76mm de longueur. Oui, il est capable de repérer une goutte de sang dans 4,6 millions de litres d’eau. Oui, il possède des « ampoules de Lorenzini » véritables radars qui lui permettent de repérer les animaux en détresse (et on est d’accord tirer sur l’ambulance c’est pas joli joli…)

Mais pour ce qui est de manger des hommes, désolées de vous décevoir mais on est pas vraiment sa came. Eh même que lorsque un grand requin blanc croque par erreur un être humain et bien il recrache le morceau comme s’il s’agissait d’une boulette de tofu périmée depuis 10 ans. En effet, la chair humaine pas suffisamment riche en graisse (oui, même la mienne et ça ça n’a pas de prix) ne convient pas à leur alimentation. Ils se nourrissent principalement de mammifères marins : phoques ou otaries avec une masse grasse bien supérieure à celle de l’être humain. En gros on a de la marge pour intéresser les requins autrement que par erreur.

L'homme pas assez gras pour les requins.

On a de la marge avant d’intéresser les requins. Alors allons-y Alonso !

Et si vous n’êtes pas encore totalement convaincu que vous avez peu à craindre de notre ami le grand blanc, quelques chiffres pour vous donner une idée :

  • Requins: environ 10 morts par an
  • Méduses: environ 100 morts par an
  • Abeilles: environ 400 morts par an
  • Scorpions: environ 5000 morts par an
  • Serpents: environ 100 000 morts par an
  • Moustiques: environ 2 millions de morts par an (à cause notamment du palu)

Plonger avec les grands requins blancs : notre expérience

Vous le savez peut être si vous avez vu notre vidéo avec Sandréa on a eu la chance de plonger avec les requins grâce Sony Pictures France.

On peut dire qu’on ne faisait pas franchement les fières en posant le pied en Afrique du Sud sachant que deux jours plus tard il nous faudrait plonger avec des requins blancs. Et autant vous dire que plus le temps passait moins on faisait les malines… Bin oui, on a peut être pas les plus jolis doigts de la planète mais on les aime nos doigts et on aime le fait qu’ils soient dix… Dix c’est bien pour des doigts… Et puis… on aime bien se mettre du vernis. Mais, un doigt qui ripe hors de la cage, un coup de dent malheureux, tout peut si vite arriver…

Mais avec cette peur l’expérience que l’on a eu la chance de vivre n’en aura été que plus forte. Car pour être franches, le seul vrai moment de panique que l’on a ressenti le jour J aura été celui d’être jetées dans une eau glacée avec un leste de plusieurs kilos autour du corps. A cet instant et pour seulement quelques secondes, le corps panique et alors que l’équipage crie « Down left » on descend sous l’eau sans se poser la moindre question, comme abruties par les cris et le froid. Et là… comment vous d’écrire, le silence, la plénitude… On se retrouve nez à museau avec un animal massif, beau et paisible. Alors qu’il ouvre la gueule pour tester le leurre, aucune peur. Une fascination infinie et qui dure. Puis 30 minutes passent comme dans un rêve, un claquement de doigt. C’est déjà fini il faut remonter.

Un grand requin blanc teste un leurre.

Pinterest @PredatorsAndPreys

Sur le pont, l’expérience n’est pas terminée puisque nous avons choisi de plonger avec les passionnés de Marine Dynamics . Trempées et encore émerveillées on s’attroupe autour de notre guide du jour, une biologiste marine qui prend des notes sur les déplacements de nos nouveaux amis. Elle les reconnait en un coup d’œil, les appelle chacun par leur petit nom et entre deux coup de crayons nous explique tel ou tel comportement.

Grand requin blanc

Pinterest @PredatorsAndPreys

Rentrées au port, on est escortées jusqu’à The Great White Shark House ou l’on pourra se sécher et se restaurer un peu. On se change, puis une autre biologiste vient nous parler de l’engagement de Marine Dynamics pour la préservation de la vie marine. Avec les sorties de plongées en cage, ils se sont fixés trois missions : la sensibilisation à la menace de disparition qui pèse sur le grand requin blanc, l’observation et la recherche. Pour la sensibilisation avec nous on peut vous assurer que la mission est parfaitement remplie. A la fin on est même a deux doigts de craquer quand ils nous expliquent qu’afin de lever des fonds pour la recherche et la protection des grands requins blancs on peut en nommer un en échange d’un don. Prénom : Rose, Nom : Carpet, âge : deux ans et demi… On fooooond <3

Instinct de survie : le film qui nous a fait craquer

Bon, soyons honnête, on a pas toujours porté le grand requin blanc dans notre cœur… Et c’est en voyant le film Instinct de survie que pour la première fois de notre vie, entre deux tordages de doigts et trois sursauts on s’est mis à la place d’un requin. Dans les pompes du requin quoi…  Pas qu’on ait spécialement envie que Blake se fasse manger, non, on se met aussi un peu à sa place. Mais disons que ce film nous a rendu un peu schizophrène.

Bref, si vous adorez les requins : on vous conseille de le voir. Si vous détestez les requins : on vous conseille de le voir. Par contre, si les requins vous désintéressent totalement… et bin on vous le conseille doublement, par ce que 1- vous ne savez pas à coté de quoi vous passez et que 2-  d’ici 30 ans il sera peut être trop tard…

Instinct de survie et le requin blanc

Blake fait connaissance avec un requin blanc.

D’ici la sortie du film dites nous qui est TeamRequin et qui est plutôt TeamBlake ! On vous fait d’énormes bisous ! Et on vous dit a très très vite !