Des garçons avec des tampons

Publié le par

Hello les Roses ! Pourquoi est-ce que quand on demande un tampon à une copine : 1° on le fait après avoir scruté les environs pour être bien sûres que personne, et surtout pas un individu de la gent masculine, ne pourra nous entendre. 2° on le dit très vite et à demi-voix, tellement que ça devient contre-productif puisque cette technique se solde souvent par un « UN QUOI? » 3° une fois la question posée du bout des lèvres, notre copine nous regarde avec un air complice de « ah je vois ce que tu veux dire! » et nous glisse l’objet du crime dans la main comme un dealer victorieux aux aguets. Et bien il est temps que ça change : nous on veut des garçons avec des tampons !

des garçons avec des tampons

Des garçons avec des tampons

Le statut Facebook de Chance Ward, un étudiant américain, a fait le buzz et va peut-être changer le monde (ça serait chouette!).

des garçons avec des tampons

Pinterest @womenology

Après qu’une camarade ait été embarrassée qu’il l’ait entendue demander un tampon à une copine, au point de s’excuser auprès de lui, Chance a décidé qu’il était temps d’agir et de dire stop à cette idée selon laquelle ce serait la honte d’avoir ses règles.

So I’m in the gym today (getting my life to Truffle Butter on this elliptical ofc) when the girl next to me asks her…

Posté par Chance Ward sur mardi 22 mars 2016

Il raconte : « Fidèle à moi-même, je l’ai interpellée en disant «hé t’inquiète meuf» avant d’aller chercher ma banane et de lui donner un des tampons que j’y gardais. En voyant son visage vous auriez pu penser que j’avais fait un tour de magie et sorti 36 lapins super gaulés de mon sac. C’est tellement triste. (…) Vous savez tous que littéralement la moitié de l’humanité passe par là ? (…) À toutes mes amies menstruées : sachez que j’ai des protections hygiéniques sur moi. (…) Ne vous sentez jamais embarrassées à l’idée de m’en demander. Ne vous sentez jamais embarrassées par le fait d’être un être humain. »

On trouve ça génial, parce que non, les règles, c’est pas honteux, et c’est pas sale non plus. Qu’on se le dise !

des garçons avec des tampons

Alors les filles, et si on passait le mot à nos copains ?