Sophie Riche nous dit comment être bien dans son corps en toute situation !

Publié le par

Attention les filles, ceci est un plaidoyer écrit par notre grande, notre jolie, notre drôlissime Sophie Riche !

Hello les Roses !

Depuis quelques jours, la “nouvelle” fait parler d’elle. Des gens s’écharpent sur Twitter, certains magazines en font leur une, bref, ça jase* à tout va.

QUOI ?! MAIS QU’A-T-IL PU BIEN SE PASSER ?! Est-ce que la fin du monde a été annoncée ?! Est-ce que c’est encore un scandale politique, ou une polémique à la télé ?!

Pas du tout. La nouvelle en question, c’est que Rihanna a pris du poids.

Est-ce que ce monde est sérieux franchement ?

TOUT ÇA POUR ÇA ? Si je peux donner mon avis, je te dirai que vraiment, on vit dans un monde sacrément zinzin pour faire autant de bruit pour si peu de choses.

*Je suis extrêmement fière d’avoir réhabilité le verbe « jaser », que plus personne n’utilise depuis 1977, environ.

Là, tandis que je te parle, je suis en train de rentrer de chez mes parents où j’ai passé quatre jours à manger des frites et de la pizza. Autant te dire que moi aussi, j’ai pris quelques kilos, et je suis contente parce que ça me permet de me trouver un point commun avec Riri. Avant, impossible ! J’ai tout essayé mais…

– Elle est chanteuse -> j’ai une voix de casserole rayée et rouillée

– Elle est brune -> je suis rousse

– Elle adore changer de style -> je suis toujours en jean, je n’ai jamais fait de teinture et je pleure si on me coupe plus de 5cm chez le coiffeur

– Selon certaines rumeurs, elle serait sortie avec Leonardo DiCaprio et Kevin Trapp -> personne ne lance de rumeurs sur moi. (Sauf un jour, en terminale, quand des gens de ma classe ont fait croire à tout le monde que Rémi Dindon** et moi, on s’était cachés à la laverie pour s’embrasser (c’était pas vrai du tout).)

**Le nom a été modifié.

Bon, je suis bien contente de m’être trouvée un point commun avec Rihanna (j’espère qu’on va devenir BFF) mais cette histoire m’a surtout mise en colère. Parce que des gens, sur Twitter, ainsi que le magazine Barstool Sports se sont permis de se moquer d’elle et de son corps. Bref : de faire du bodyshaming.

Ma tête quand j’ai réalisé que beaucoup de gens en faisait toute une histoire et que certains se mettaient à faire du bodyshaming pour critiquer sa prise de poids.

Heureusement, Rihanna est hyper stylée et a répondu avec talent à ces boloss ces personnes pas très courtoises.

Et ça m’a inspiré. Ça m’a donné envie de vous donner des conseils pour apprendre à vous sentir bien dans vos corps, même quand (même si !) vous êtes victimes de bodyshaming.

Soyez indulgentes avec vous-même

Oui, dans la vie, il y a des moments où on mincit, d’autres où on grossit. Certains moments, on a moins faim, d’autres on dévore des hamburgers plusieurs fois dans le mois. C’est comme ça, et c’est pas grave, du tout.

Il faut savoir se faire plaisir et ne pas constamment se peser, se scruter dans le miroir en pinçant son ventre ou que sais-je. L’idéal, c’est de se faire du bien pour se sentir bien dans sa tête, bien dans son corps et bien dans ses Stan Smith.

J’ajoute à ça qu’en plus, le corps change tout le temps ! On grandit, ensuite c’est la puberté, ensuite le cycle menstruel qui fait gonfler le bide douze fois par an, ensuite les hormones, ensuite l’âge qui passe et le métabolisme qui change, et ensuite, bah ensuite, je préfère pas vous le dire parce que vous êtes trop jeunes et que c’est de la science-fiction pour vous.

Mais ce qu’il faut retenir, je crois, c’est qu’il vaut mieux s’habituer à savoir que notre corps va pas arrêter de fluctuer et qu’il faut donc relâcher la pression plutôt que de se torturer l’esprit aux cent grammes près.

Évitez les fringues trop serrés

Maintenant, la vie est magique : il existe tout un tas de matières moulantes qui ne compriment pas. Tous les matins, en me réveillant, je regarde le ciel et, des larmes de joie dans les yeux, je me dis que l’inventeur ou l’inventrice des jeggings regardent peut-être le même ciel au même moment. Et le coeur tout palpitant, je le remercie chaleureusement pour me permettre de porter des vêtements très près du corps (au point de montrer la trace de ma culotte à qui mieux mieux) sans ressentir de difficultés à respirer.

Parce qu’avant, mes jeans taille haute non stretch et moi, on s’entendait pas super : j’adorais le style, mais chaque fois que j’en portais, je ressentais une douleur vive à l’endroit du bouton. Et quand je m’asseyais, ça me faisait carrément une barre au niveau du ventre, comme si quelqu’un me donnait un coup de pied mais sans retirer son pied après l’impact, et ce toute la durée de l’activité nécessitant que je sois assise (c’était pas pratique en cours, quand je trouvais le moindre prétexte pour me lever et soulager mon estomac compressé OU ouvrais le bouton, voire ma braguette entière).

Le pire dans tout ça, c’est que se sentir aussi serré dans ses vêtements, ça donne l’illusion qu’on est plus gonflé qu’on ne l’est en réalité. C’est donc désagréable physiquement ET mentalement. Super nul. Je sais pas toi mais en ce qui me concerne, pouce rouge et désabo, les pantalons taille haute non stretch.

Depuis que j’ai renoncé à ce type de vêtements, j’ai l’air AU MOINS aussi sereine que Selena Gomez sur ce gif (Sereina Gomez, je devrais dire. ÉNORME JEU DE MOTS !)

Se dire que les rageux peuvent bien rager

Si un jour on critique ton corps en te faisant croire qu’il est trop gros ou trop maigre, prends une grande inspiration et un peu de recul : cette critique, ou cette insulte, elle n’a aucune valeur et aucun intérêt.

Il faut être sacrément mal dans sa peau pour bodyshamer quelqu’un. Pour avoir envie que la personne à qui on dit cette phrase soit elle-même mal dans sa peau. Je sais que beaucoup de personnes y voit de la méchanceté gratuite, mais pour moi, c’est à la fois pire et moins que ça. Parce que pour être cruel à ce point, faut être très, très triste dans sa vie.

Je dis pas que tu dois avoir pitié des rageux, voire essayer de les consoler, mais plutôt que c’est bien si tu gardes ça en tête et que ça t’aide. Préserve-toi et rappelle-toi que leurs paroles ne méritent d’avoir aucune valeur à tes yeux. Enfin, à tes oreilles.

Et puis vous me donnerez le nom de ces bonhommes qui essaient de vous faire vous sentir mal et je leur passerai un coup de fil mentalement pour leur remonter les bretelles pour avoir voulu faire du mal aux Roses. Non mais.

Ne vous comparez pas aux autres

Quand j’étais plus jeune, jusqu’à il y a très peu de temps, j’arrivais pas à m’empêcher de me comparer. À mes copines, qui restaient plus minces que moi en mangeant plus, ou que je trouvais toujours plus jolies que moi… Aux filles des magazines…

C’était pas une bonne chose, parce que comparer son corps aux corps des autres, c’est oublier un truc super important : chaque corps est unique. Chaque réaction qu’il a est propre à lui.

Voici par exemple Rihanna imitant mon corps réagissant à une consommation excessive de boissons gazeuses

C’est primordial de voir son corps comme tel, comme un truc inimitable et incomparable, parce que ça permet de changer ses critères, pour en avoir d’autres, plus adaptés à soi. Par exemple, vous voyez les filles dans les magazines ? Elles sont très minces et n’ont pas une once de gras. Pendant des années, je rêvais de leur ressembler. Sauf que c’est impossible ! Si elles ressemblent à ce à quoi elles ressemblent, c’est parce que ça fait partie de leur métier, qu’elles ont l’obligation de faire plein de sport, qu’elles ont un métabolisme qui leur permet de manger bien sans grossir, ou qu’elles s’astreignent à un régime très stricte. Ça + les photographes de talent + leur talent pour la pose + un petit coup de retouche de Photoshop derrière… ça fait beaucoup de différences entre elles et moi. Et quand j’ai compris ça, quand j’ai compris que cet objectif ne pourrait jamais être atteint, j’ai réalisé un truc : on est tout simplement incomparables, elles et moi. C’est comme essayer de comparer une croûte de pain et un poil d’aisselles, quoi ! Aucune n’est mieux ou moins bien que l’autre, mais y a aucun rapport entre les deux.

En plus, moins se comparer, c’est être moins facilement jaloux. Et être moins facilement jaloux, c’est être plus facilement heureux. C’est tout bonus.

Bisous les Roses, et n’oubliez pas de vous aimer !