Traduction du prequel d’Harry Potter #1

Publié le par

Hello les Roses ! L’autre jour, en vous annonçant que le manuscrit du prequel d’Harry Potter avait été volé, on s’est dit que ça vous plairait peut-être de le lire ! Du coup, comme J.K. Rowling a accepté de le publier en ligne, gratuitement, on s’est dit qu’une petite traduction pourrait faire le bonheur des Roses PotterHeads.

Hagrid moto traduction

Instagram @harrypotterfilm

Voici donc le premier des trois épisodes des aventures d’Harry Potter…bien avant la naissance d’Harry Potter ! Enjoy !

Traduction du prequel manuscrit d’Harry Potter, écrit sur une carte postale par J.K. Rowling

La moto avait pris le virage serré à une allure telle dans l’obscurité, que les deux policiers qui la poursuivaient en voiture s’exclamèrent : « Whoa ! »

Le sergent Fisher appuya brusquement et avec force son grand pied sur le frein, persuadé que le garçon qui était assis à l’arrière de la moto allait atterrir sous ses roues. Cependant, la moto prit le virage sans éjecter aucun de ses passagers, et en un clignement rouge de phare arrière, elle disparut dans une ruelle.

« On les tient ! » cria avec excitation le commissaire Anderson. « C’est une impasse ! »

Dans sa course, le volant tourné à fond, passant la vitesse maximale, Fisher érafla la moitié de l’aile de la voiture en forçant le passage dans la ruelle.

Là, dans la lumière des phares, se trouvait leur proie, immobile enfin après une course poursuite d’un quart d’heure. Les deux motards étaient piégés entre un haut mur de briques et la voiture de police, qui avançait maintenant vers eux comme un prédateur grognant à l’œil brillant.

Il y avait si peu d’espace entre les portes de la voiture et les murs de la ruelle, que Fisher et Anderson eurent du mal à s’extraire du véhicule. Cela violenta leur dignité d’avoir à se faufiler maladroitement, comme des crabes, en direction des mécréants. Fisher traîna son ventre généreux le long du mur, arrachant les boutons de sa chemise à mesure qu’il se rapprochait, et fit finalement valser le rétroviseur avec son dos.

« Descendez de la moto ! » brailla-t-il aux jeunes qui souriaient d’un air suffisant, se prélassant à la chaleur de la lumière bleue clignotante, comme s’ils passaient un bon moment.

Ils s’exécutèrent. Se libérant enfin du rétroviseur cassé, Fisher les dévisagea. Ils avaient l’air d’avoir un peu moins de vingt ans. Le conducteur avait de longs cheveux noirs ; son charme insolent rappelait désagréablement à Fisher le petit ami de sa fille, ce fainéant de guitariste. Le second garçon avait aussi les cheveux noirs, sauf que les siens étaient courts et partaient dans tous les sens ; il avait des lunettes, et un grand sourire. Tous deux portaient des t-shirts ornés d’un grand oiseau doré ; certainement l’emblème d’un groupe de rock assourdissant et discordant.

Excitant, pas vrai ?! Patience les Roses ! La suite de notre traduction sera là très vite ! Bisous !