Tampons et Syndrome du choc toxique : quel danger pour nous ?

Publié le par

Hello les Roses ! Les tampons, quand on en parle, c’est le plus souvent en chuchotant furtivement, comme s’il s’agissait de petits Voldemorts honteux dont il ne faudrait pas prononcer le nom. Au-delà du tabou sur les règles, qu’il est plus que temps de dépasser, il apparaît nécessaire de parler en toute transparence de ce petit objet qu’on est tant de femmes à utiliser chaque mois, parce qu’il peut être un vrai danger pour la santé. Tampon, notre ennemi intime, c’est un reportage choc de France 5 qui vise à sensibiliser les femmes sur les dangers des tampons hygiéniques, et dont il faut absolument qu’on parle, les Roses.

tampons syndrome du choc toxique

Twitter @Telerama

Les tampons sont-ils dangereux pour la santé ?

Diffusé le 25 avril sur France 5, le documentaire Tampon, notre ennemi intime est disponible en intégralité en replay sur le site de France 5.

Il raconte l’histoire de Margaux et de Justine, qui, victimes d’un syndrome du choc toxique, ont frôlé la mort à 23 et 26 ans.

Sous le coup de ce qui leur a paru être une grosse grippe mélangée à une gastro, elles se sont retrouvées aux urgences, l’une pour ce qui a semblé être une appendicite, l’autre pour la scarlatine. Elles étaient en fait toutes les deux victimes d’un syndrome du choc toxique ou SCT dû au tampon qu’elles portaient.

Qu’est-ce qu’un syndrome du choc toxique ?

Le SCT est très rare. Il peut toucher potentiellement 1% des femmes : celles qui sont porteuses du staphylocoque doré dans leur vagin.

Retenant le sang dans le vagin, c’est à dire dans un milieu chaud et donc propice au développement de bactéries, le tampon peut favoriser l’apparition d’une toxine produite par le staphylocoque doré, qui va passer directement dans le sang et l’intoxiquer.

C’est la raison pour laquelle il ne faut pas garder un tampon plus de 4 heures.

tampons syndrome du choc toxique

Lauren Wasser, mannequin et activiste américaine amputée de la jambe droite suite à un SCT provoqué par l’utilisation de tampons / Instagram @theimpossiblemuse

Le problème, c’est que cette maladie, aussi grave que rare, est très mal diagnostiquée, alors que le nombre de cas augmente, ce qui pousse à se poser quelques questions sur les tampons…

Que contiennent les tampons ?

Vous avez remarqué que si la composition de votre gel douche ou de votre fond de teint est lisible sur l’emballage, il est impossible de savoir de quoi est composé votre tampon ?

C’est ce que dénonce le reportage Tampon, l’ennemi intime, mettant en avant la présence de produits chimiques et de perturbateurs endocriniens pas sympas du tout, tels que les dioxines, qui seraient responsables de l’endométriose voire même d’infertilité.

Rappelant qu’en 1980, les tampons Rely, produits par Procter & Gamble – le groupe à l’origine de la marque Tampax – avaient dû être retirés du marché suite à 600 cas de SCT en un an et une centaines de morts parmi ses utilisatrices, le documentaire d’Audrey Gloaguen est un appel à la vigilance.

Pas de panique

Ça ne veut pas dire qu’il faut céder à la panique, ou culpabiliser les filles qui utilisent des tampons, même si clairement, on ne va pas vous mentir : le documentaire d’Audrey Gloaguen a vacciné celles d’entre nous qui en utilisaient encore.

On a réagi un peu comme ça :

L’idée est surtout de sensibiliser les femmes, les hommes, aussi, et même les médecins, à cette maladie qui demeure rarissime (20 cas en France l’an dernier).

Tampon, l’ennemi intime nous invite également à nous interroger sur nos habitudes de consommation, tout en nous informant sur l’état de la recherche.

Réclamant à la marque Tampax plus de transparence, Mélanie Doerflinger a lancé une pétition qui a dépassé les 260 000 signatures.

Mais alors qu’est-ce qu’on fait ?

Si on ne peut plus faire confiance à nos tampons, qu’est-ce qu’on fait ? D’autant qu’on retrouve des produits chimiques aussi peu ragoûtants dans les serviettes hygiéniques…

Peut-être est-ce l’occasion de tester les serviettes en tissu, lavables à la machine ? Ou la coupe menstruelle ?

Une chose est sûre, il faut éviter les tampons « super absorbants » même si ça implique de changer son tampon plus souvent.

On vous invite vraiment à visionner le reportage Tampon, l’ennemi intime, ainsi que l’interview d’Audrey Gloaguen, et surtout : parlez-en autour de vous !

Prenez soin de vous, on vous embrasse ♥!